Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Toulouse, destination « slow, chill & fun »

Tourisme. Toulouse a vu sa fréquentation grimper en flèche cet été.

Toulouse, destination « slow, chill & fun »
Aeroscopia devrait accueillir 30 000 visiteurs cet été (Crédit : DR)

La Ville rose a fait le plein de touristes cet été. C’est ce qu’indique le premier bilan dressé par l’Agence d’attractivité de Toulouse Métropole. Baromètre de la fréquentation touristique toulousaine, l’office de tourisme, au donjon du Capitole, a ainsi vu sa fréquentation bondir de près de 20%, avec quelque 67 000 visiteurs cet été contre 56 000 un an auparavant. Parmi ces derniers, il faut noter la forte présence de touristes étrangers. Conséquence du plan de communication mis en place par l’Agence d’attractivité sur certains marchés dits prioritaires, la clientèle européenne représente près d’un visiteur sur deux. Belges, Britanniques, Italiens et Allemands forment le gros des troupes, très loin cependant derrière les Espagnols qui constituent les deux tiers des visiteurs étrangers. Les touristes nord-américains sont également de retour, mais de manière plus discrète. Ils représentent 3% des touristes étrangers.


>LIRE AUSSI : Tourisme : l’Occitanie se prépare à un été exceptionnel


Ces derniers sont aussi plus nombreux (+57%) à avoir visité le site internet de l’office de tourisme de Toulouse : soit plus de 48 000 visiteurs dont un tiers d’Espagnols. Les Occitans forment encore le plus gros contingent de touristes français à Toulouse, mais la Ville rose attire également de plus en plus de Parisiens, de Nantais, de Lyonnais, de Marseillais et de Lillois. Les grands sites touristiques que sont la Cité de l’espace, Aeroscopia, le site industriel d’Airbus et la Halle de la Machine ont, eux aussi, vu leur fréquentation bondir cet été : de plus de 10% pour la Cité de l’espace qui a accueilli 109 000 visiteurs payants entre le 1er juillet et le 20 août ; de près de 9% pour le site de Montaudran ; tandis qu’Aeroscopia et Let’s Visit Airbus devraient attirer sur les deux mois d’été 50 000 personnes à eux deux. L’Envol des Pionniers, le muséum d’histoire naturel et le musée des Abattoirs, ont en revanche, enregistré une légère baisse de leur fréquentation. Avec 75 000 visiteurs en juillet et plus de 100 000 attendus en août, la basilique Saint-Sernin reste le monument le plus visité de Toulouse.

VILLE D’EAU

Conséquence d’une campagne de communication ciblée sur la Garonne et les activités nautiques, la fréquentation des Bateaux Toulousains a augmenté de 11% en juillet. La location des Caboteurs, ces bateaux électriques sans permis, a, elle, plus que doublé par rapport à 2021 avec 3 700 passagers enregistrés. Si les activités touristiques ont, dans l’ensemble, bien fonctionné cet été à Toulouse, le bilan de la saison est plus nuancé pour les hôteliers de la Ville rose. Les taux d’occupation ont atteint globalement 55 à 60 % pour les hôtels et résidences et à 60 % pour les meublés de tourisme. Un taux lourdement plombé par le niveau de fréquentation très bas des hôtels de la zone aéroportuaire.

Toutefois, le RevPar (revenu par chambre disponible) des hôteliers a, lui, progressé, les prix des chambres ayant grimpé de 5 à 10 € pendant l’été. La durée des séjours augmente également : + 2% pour les séjours de deux nuits et +2% aussi pour les séjours de trois nuits. Toulouse s’impose ainsi peu à peu comme le point de départ idéal à partir duquel on peut visiter l’ensemble des sites touristiques de la région. Ces bons résultats montrent, pour Jean-Claude Dardelet, président de l’Agence d’attractivité, la pertinence des « choix que nous avons faits en matière de programmation, d’offres culturelles et plus généralement d’accueil des visiteurs ».

De fait, Toulouse a renoué cet été avec les chiffres d’avant-crise. « Les investissements consentis en période Covid paient ! Les étrangers reviennent. Toulouse se positionne comme destination "slow, chill and fun", véritable camp de base aux activités douces, vertes et bleues pour le plus grand bonheur des Toulousains, des visiteurs français et étrangers qui font un retour marqué », conclut le vice-président de Toulouse Métropole.

Agnès Bergon