Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Actia veut se positionner comme « la marque de référence » du marché de l’électronique

Électronique. Le groupe toulousain réalise une émission obligataire de 18 M€.

Actia - Informatique - Electronique - Investissement
Le site d’Actia à Colomiers. (Crédit : Actia)

Alors que le groupe Actia a enregistré une nouvelle hausse de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2022, de l’ordre de +5,2 % à 114,4 M€, l’équipementier électronique toulousain est sur le point de finaliser une seconde cession d’actifs en quelques mois. Après la vente de son activité Contrôle technique et équipement de garage, c’est au tour d’Actia Power d’être cédé. Pour l’ETI toulousaine, spécialiste de la conception et de la fabrication de solutions électroniques pour la gestion de systèmes dans les domaines de l’automotive, du ferroviaire, de l’aéronautique, du spatial, de la défense, de l’énergie et des télécommunications, l’objectif est de réduire son endettement de près de 70 M€.

ALLÉGER SA DETTE

En avril dernier, c’est en effet le groupe Base qui a fait l’acquisition pour 12 M€ d’Actia VI & R (Actia Muller) historiquement basé à Chartres. La filiale du groupe Actia, qui a réalisé 21 M€ de chiffre d’affaires en 2021, emploie 115 salariés. Elle représentait 5,2 % du CA de la branche Automotive d’Actia. Le groupe Base a également acquis 30% des titres de sa filiale Actia Cz, en République Tchèque, spécialiste des analyseurs de gaz.


> A LIRE AUSSI : Informer sur l’exposition aux ondes


Cette fois, c’est Actia Power que le groupe toulousain est sur le point de céder à Plastic Omnium. L’activité concernée emploie 200 personnes pour un chiffre d’affaires de 22,3 M€ en 2021 et représente 4,2 % du CA de la branche Automotive d’Actia. Cette dernière, qui génère 88,5 % du chiffre d’affaires trimestriel du groupe, pâtit toujours de la pénurie de composants électroniques. Elle enregistre néanmoins une progression de 2,9 % au premier trimestre de cette année. La branche Telecoms, qui représente 11,5% du chiffre d’affaires trimestriel du groupe, a connu une évolution quasi atone de son chiffre d’affaires (-0,9 %). L’activité Power en cours de cession a, pour sa part, enregistré au cours des trois premiers mois de l’année un recul de 4,5 %.

18M € D’OBLIGATIONS RELANCE

Ces opérations de cession ne remettent pas en cause les projections de croissance à court terme du groupe. Actia vise en effet, à une échéance de quatre ans, un chiffre d’affaires de plus de 800 M€, contre 462,9M€ en2021.Pré sent dans 16 pays, le groupe, qui emploie 3700 collaborateurs, vient d’émettre, en parallèle, un financement obligataire de 18M€ afin d’accompagner la forte croissance de son activité. Ces obligations Relance, souscrites auprès de M Capital dans le cadre du Plan France Relance, visent notamment à accompagner un plan ambitieux de R & D, s a chant que l e g roupe consacre chaque année de 14 à 18 % de son chiffre d’affaires à la R & D, laquelle emploie près de 1 200 collaborateurs.

ARTISAN DU NEWSPACE

Déjà présent sur le marché de l’électronique embarquée au sein des véhicules et dans le domaine aéronautique, Actia veut en effet accélérer son développement dans le secteur du spatial. Le groupe a reçu récemment la labellisation de son projet « Actia in Space – Équipement électronique générique pour applications spatiales embarquées en orbite basse » par Aerospace Valley. Qualifié de « stratégique pour la filière du New Space en Occitanie », le projet Actia in Space va permettre de renforcer les compétences dans ce domaine au sein de l’écosystème local, mais surtout de générer de l’activité sur le territoire : au sein des équipes R & D d’Actia Toulouse et, côté fabrication, sur le site d’Actia à Colomiers. Le groupe prévoit de configurer cette usine pour accueillir le spatial dès 2023.

DE LA VOITURE AU VÉLO CONNECTÉ

La micromobilité est l’autre axe de développement visé par le groupe toulousain. Fort de son expérience dans le domaine du véhicule autonome et connecté (électronique de puissance, diagnostic et systèmes de gestion électronique), Actia espère en effet séduire les nouveaux acteurs de ce marché en plein essor. Membre du cluster occitan Vélo Vallée, l’équipementier a, en février dernier, dévoilé ses premiers kitsVAE (vélo à assistance électrique).

Agnès Bergon