Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Consiglio : l’humain au coeur des organisations

Services. Karine Bono a créé son cabinet de conseil sur une intuition : la nécessité de rompre l’isolement du dirigeant. Douze ans plus tard, elle accompagne un large éventail de décideurs dans la transformation de leur entreprise.

Consiglio : l'humain au coeur des organisations
Karine Bono, à la tête de Consiglio. (Crédit : DR)

PME en structuration, réorganisation interne, croissance externe, reprise et transmission d’entreprises… Karine Bono adresse un large panel de situations, mais à chaque fois, la consultante, experte en transformation organisationnelle, a face à elle des dirigeants à un moment charnière de la vie de leur entreprise. Et c’est sans doute ce qui rend, 12 ans après la création de Consiglio, son cabinet de conseil, son travail toujours aussi passionnant. Cette Toulousaine de 48 ans a derrière elle un parcours en sociologie des organisations qui l’a conduite à accompagner des publics dans des problématiques très diverses, notamment d’insertion professionnelle. Cette expérience, étendue au management d’équipe, construite en cabinet, comme au sein de PME et de grands groupes, l’a amenée en 2009, à l’issue d’un PSE, à s’interroger sur son avenir professionnel. Plutôt que de repartir dans le salariat, Karine Bono a ainsi décidé il y a 12 ans de créer sa propre activité, un rêve chéri depuis longtemps.

« De fait, j’accompagnais au quotidien des cadres managers dans la gestion de leurs équipes et en même temps des chefs d’entreprise dans leurs problématiques managériales et organisationnelles. Par ailleurs, ayant moi-même grandi au sein d’une entreprise familiale, ma fibre d’entrepreneur s’est révélée à l’occasion de ce PSE. J’ai eu envie d’affirmer qui j’étais et ce vers quoi j’avais envie de tendre, voire mon utilité. » La jeune femme choisit d’aborder l’humain au coeur des organisations, son sujet de prédilection, et cible plus particulièrement les TPE-PME. « Dans ces petites entreprises, la notion de risque, voire de fragilité, est très importante, détaille Karine Bono. Ces dirigeants sont très souvent seuls, et pour eux, prendre du recul est très compliqué ».

PRENDRE DE LA DISTANCE

Consiglio accompagne depuis ces chefs d’entreprise dans toutes les phases de transformation de leur organisation. « C’est le cas par exemple lorsqu’une entreprise se développe. Alors qu’il vient de recruter, le dirigeant s’interroge : doit-il faire monter une personne en compétence pour manager l’équipe ? Dans le même temps, un de ses salariés plus âgés souhaite peut-être valoriser ses compétences en devenant chef d’équipe ? Ou bien, il sent au contraire qu’un de ses salariés est en difficulté parce que moins impliqué, comment faire ? Ce sont toutes ces problématiques managériales que nous abordons car beaucoup de ces dirigeants n’ont pas de formation dans ce domaine. Ils sont par ailleurs très souvent eux-mêmes dans l’affect, puisque l’humain est au coeur de leur entreprise ».


>LIRE AUSSI : PeopleSpheres : plateforme RH made in Occitanie


Développement des compétences des collaborateurs, recrutement, fidélisation des salariés, etc., le chef d’entreprise est « souvent désorienté, ajoute Karine Bono. Mon rôle est d’anticiper pour mieux les préparer ». D’autant que, poursuit la consultante, « avec la crise de la Covid, les changements au sein des entreprises se sont accélérés, les dirigeants ont dû s’adapter, se réorganiser. Ils ont beaucoup souffert et ont besoin, aujourd’hui, de prendre un peu de distance. » Toutefois, insiste-t-elle, elle n’apporte pas de réponses toutes faites : « je n’ai pas de mallette de conseil. Mon but, à travers cet accompagnement, est de co-construire les solutions. Cela nécessite avant tout de bien connaître le dirigeant, son organisation et la culture de l’entreprise ».

DE NOUVEAUX ENJEUX

Depuis deux ans, la quadra développe une nouvelle offre d’accompagnement à la transmission d’entreprise, un sujet de plus en plus prégnant à l’échelle nationale. « L’objectif est de faire en sorte que l’entreprise puisse perdurer dans le temps, parce qu’il y a derrière, des histoires de vie, d’hommes et de femmes. » En parallèle, d’autres sujets émergent, telle la gestion de conflits. « Il ne s’agit pas toujours de conflits avérés mais de tensions qui ont des répercussions sur le fonctionnement de l’entreprise, par exemple un manque de communication entre associés, mais aussi des conflits entre dirigeant et salariés et entre collaborateurs », note Karine Bono. L’intégration des jeunes générations est un autre enjeu majeur pour la dirigeante de Consiglio.

« Selon moi, l’apprentissage est une des meilleures solutions pour une PME pour recruter, former et fidéliser les jeunes. Pour autant, on s’aperçoit que, de plus en plus souvent, les apprentis ne restent pas dans l’entreprise qui les a formés, ce qui va devenir un vrai sujet. Les jeunes ont en effet envie d’aller voir ailleurs et font beaucoup plus attention à la notion de sens. J’insiste dès lors auprès des managers que j’accompagne sur la nécessité de donner très tôt à ces jeunes un sens à leur mission, de mieux concilier aussi l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et de réfléchir également au rôle qu’ils peuvent jouer dans l’entreprise. Et ça aussi c’est nouveau. De fait, au sein d’une entreprise, les évolutions sont permanentes. Dès lors, soit que le dirigeant n’en a que partiellement conscience soit qu’il est sans cesse dans le feu de l’action, il a besoin de se poser et d’être accompagné. »

Au chevet des TPE-PME depuis 12 ans, Karine Bono observe une autre évolution à l’oeuvre. « Lorsque je les interroge sur ce qu’ils ont envie de faire demain, je constate chez de plus en plus de chefs d’entreprise une volonté de ne plus s’épuiser, de faire des heures, de travailler le week-end, etc. C’est un véritable changement de posture. Je suis aussi là pour les accompagner pour qu’eux-mêmes fassent autrement ».

Agnès Bergon