Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Geotrend : les ambitions d’un futur leader

Intelligence artificielle. La start-up, spécialisée dans le développement d’outils d’aide à la décision basés sur l’IA, vient d’emménager dans de nouveaux locaux à Toulouse.

Geotrend : les ambitions d'un futur leader
Grégoire Sigel et Thomas Binant. Géotrend a intégré un projet de recherche du plan de relance spatial. Dans ce cadre, la start-up collabore avec Airbus, Thales et d’autres pour se doter de nouvelles capacités de géointelligence. (Crédit : DR)

Le toulousain Geotrend, fondé il y a quatre ans par Thomas Binant et Grégoire Sigel, ambitionne de devenir « un des leaders incontestés » de son segment d’activité. Les deux ingénieurs ont développé une plateforme Saas d’analyse de données basée sur l’intelligence artificielle, un outil d’aide à la décision ultrapuissant qu’utilise déjà un quart des entreprises du CAC 40.

CARTOGRAPHIE

C’est en 2017 que les deux ex-airbusiens ont eu l’idée de développer une plateforme d’OSINT (open source intelligence) pour naviguer dans des données non structurées et en extraire des informations stratégiques pour les entreprises. « Dans le monde de la market intelligence, on passe beaucoup de temps à chercher de l’information et surtout, lorsqu’on est sur un nouveau sujet, on ne sait pas quoi chercher. On n’obtient souvent qu’une fraction de l’information, du coup les décisions sont prises sur la base d’informations incomplètes : un acteur qu’on n’a pas vu, un concurrent qu’on ignore, un dépôt de brevet qui va disrupter le marché… Face à cela, notre promesse est d’aider facilement les directions d’entreprises à accéder à ces informations. Nous représentons ces connaissances sous forme d’une cartographie assez ludique qui permet aux décideurs de cibler les informations qu’ils ne connaissent pas : un partenariat inconnu, un produit qui vient d’arriver sur le marché, un pays qui vient d’émerger et peut constituer un potentiel client ou un éventuel concurrent, etc. », détaille Thomas Binant. Hébergé au sein du BizLab d’Airbus, le duo a testé sa solution auprès de l’avionneur avant de rejoindre l’incubateur Nubbo, puis le Village by CA. 2022 marque un nouveau départ pour la pépite qui vient de s’installer dans ses propres locaux, au 72 boulevard de Strasbourg à Toulouse.

DIVERSIFICATION

La start-up, qui a également un bureau à Paris où travaillent quatre collaborateurs sur un effectif de 27 personnes, cible avec sa plateforme différents besoins d’informations de grands groupes des secteurs de l’énergie, des transports, de la défense ou encore du retail, tels qu’Airbus, Thales, Safran, L’Oréal, La Française des Jeux, Total Énergies ou encore Décathlon. « Il y a quatre ans, nous avons débuté par la veille, la market intelligence et la stratégie. Mais assez rapidement, nous avons répondu à d’autres besoins liés aux approvisionnements, par exemple lorsqu’on a besoin de trouver de nouveaux fournisseurs. Pour cela, on peut utiliser les outils traditionnels et dans ce cas, on dispose de la même liste que nos concurrents. Notre plateforme, elle, est un outil beaucoup plus agile qui permet de trouver des sous-traitants plus innovants. C’est devenu absolument stratégique pour nos clients dans le contexte actuel. Enfin, un autre marché s’est ouvert, celui de la sécurité et de la conformité, un autre enjeu devenu stratégique pour nos clients. Il s’agit pour eux de faire les bons choix de partenariat ou de clients en fonction de leurs liens juridiques. Notre outil adresse ces différentes directions d’entreprise. Mais aussi désormais les directions R & D et innovation puisque nous avons développé cette année une nouvelle brique, à savoir la possibilité d’analyser des brevets et des publications scientifiques », ajoute Grégoire Sigel.


>LIRE AUSSI : L’IA au service de la santé


La pépite toulousaine compte déjà dans ce nouveau champ d’activité une dizaine de clients dont Volvo. Geotrend, qui a réalisé depuis sa création en 2018, pour 2,3 M€ de ventes, espère boucler l’an prochain une nouvelle levée de fonds, après une première opérée en septembre 2019 qui lui a permis de récolter, notamment auprès d’Irdi, 1,3 M€, et un bridge conclu cette année auprès de ses investisseurs historiques pour 700 K€ supplémentaires.

INTERNATIONAL

Ce nouveau tour de table est cependant d’une tout autre ampleur. Pour la start-up toulousaine, il s’agit de lever près de 10 M€ dans les trois ans à venir. Grâce à ces moyens nouveaux, elle souhaite en effet accélérer son développement suivant deux axes : la conclusion de nouveaux partenariats. « Il s’agit de démultiplier les partenariats. Aujourd’hui dans le monde de l’intelligence, il y a des algorithmes, des plateformes et des sources de données. Nous voulons collaborer avec de grandes sociétés qui possèdent les datas pour pouvoir apporter toujours plus de valeur à nos clients », détaille Thomas Binant. Ces nouveaux providers pourraient être des agrégateurs de presse économique, scientifique, des bases d’entreprises, des bases juridiques, etc.

L’international est l’autre axe de développement de la jeune pousse. Géotrend, qui a multiplié par quatre son chiffre d’affaires en quatre ans, soit 800 K€ en 2021, compte déjà 22% d’utilisateurs travaillant à l’étranger, « soit dans des filiales de groupes français à l’étranger soit dans des groupes étrangers, dont 40 % en Amérique du Nord et 60 % en Europe et au Moyen Orient », ajoute Grégoire Sigel. Plusieurs cibles ont été identifiées, dont les USA où Géotrend a déposé sa marque, comme en Europe, à Singapour et au UK. La pépite table sur un chiffre d’affaires de 5 à 10 M€ d’ici 2025.

Agnès Bergon