Informations régionales économiques et juridiques
141e année

La CMAR vise 10 000 apprentis d’ici 2024

Artisanat. La chambre de métiers et de l’artisanat d’Occitanie veut accélérer le développement de l’apprentissage

La CMAR vise 10 000 apprentis d'ici 2024
Joseph Calvi, président de la CMAR Occitanie, Virginie Carbonel, directrice du CFA de Muret, Vincent Labruyère, secrétaire général de la CMAR et Ludovic Bizeray, professeur de mécanique poids lourds au CFA de Muret. (Crédit : Agnès Bergon)

L’apprentissage a le vent en poupe si l’on en croit les chiffres de la Dares. En 2020, en France, on dénombrait 525 600 entrées en apprentissage, en augmentation de 42% par rapport à l’année précédente. En 2021, ce sont 718 000 contrats d’apprentissage qui ont été signés, soit une nouvelle hausse de près de 37 % par rapport à 2020. En Occitanie aussi des records ont été battus avec, tous secteurs et tous niveaux confondus, 62 670 contrats signés en 2021 contre 36000 en 2018… Dans le secteur de l’artisanat, les 12 centres de formation des apprentis qui dépendent de la Chambre de métiers et de l’artisanat d’Occitanie (CMAR), comptent à eux seuls 8 771 apprentis, un chiffre en progression de près de 11 % par rapport à 2020. Pour le nouveau président de la CMAR, Joseph Calvi, ce n’est pas suffisant.


>LIRE AUSSI : E-logik, une solution de stockage ouverte aux PME


La chambre projette d’accueillir dans ses centres de formation 10 000 apprentis d’ici deux ans. Pour cet ancien apprenti, titulaire d’un brevet de maîtrise, à la tête d’une entreprise de maçonnerie à Foix, ancien président de la Capeb de l’Ariège, l’apprentissage est en effet la « colonne vertébrale de l’artisanat ». De fait, le président Calvi a rappelé, à l’occasion de la Semaine nationale de l’artisanat qui s’est déroulée du 3 au 10 juin, les bons scores de l’apprentissage en matière d’insertion professionnelle : « 87 % des jeunes en apprentissage trouvent un emploi ou poursuivent leur formation dans les six mois qui suivent l’obtention de leur diplôme ». Pour encourager les jeunes à choisir « ce magnifique outil d’intégration », la CMAR investit lourdement dans ses structures de formation.

C’est le cas à Muret, à l’école supérieure des métiers (ESM), qui affiche un taux d’insertion professionnelle, après l’obtention du diplôme, de 94 %. L’ESM accueille 700 apprentis dans les métiers de l’alimentaire, plus de 500 dans le secteur de l’automobile et forme 80 apprentis au métier de prothésiste dentaire. L’an dernier, plus d’1,4 M€ ont été investis sur le site en vue de la construction d’un nouveau bâtiment dédié à la mécanique poids lourds, doté d’outils pédagogiques de pointe, notamment digitaux qui permettent de former du CAP au BTS, voire à la Licence professionnelle. « Notre ambition est de développer l’excellence et de pousser nos jeunes jusqu’au niveau du brevet de maîtrise, un niveau Bac + 2 qui permet d’être maître artisan », appuie Joseph Calvi, qui souhaite créer de nouveaux brevets de maîtrise alors qu’une quinzaine de formations de ce niveau sont ouvertes dans les CFA de la CMAR.

PRÉPA APPRENTISSAGE

La CMAR promeut également la prépa apprentissage, créée en 2019 dans le département du Tarn, qui offre un parcours d’accompagnement en vue de favoriser l’intégration dans le monde professionnel des jeunes, en particulier les plus vulnérables. Depuis 2019, elle a bénéficié 3550 jeunes en Occitanie. La CMAR en vise 4 900 à la fin 2022. Le président Calvi n’exclut pas la création de nouveaux CFA en région – un établissement transfrontalier (avec l’Espagne et l’Andorre) pourrait ainsi voir le jour à Saillagouse dans les Pyrénées-Orientales – et l’ouverture des centres à de nouvelles formations hors du champ des métiers traditionnels de l’artisanat. Trois de ses CFA forment ainsi depuis deux ans des installateurs de la fibre optique. « Le rôle de la CMAR est de créer les formations dont les entreprises ont besoin », affirme Joseph Calvi. À Muret, la CMAR projette d’investir de l’ordre de 15 M€ pour la rénovation du site, la création d’une structure d’hébergement et l’accueil de ces nouvelles formations.

Agnès Bergon