Informations régionales économiques et juridiques
141e année

La pépinière du Grand Montauban a 25 ans

Accompagnement. 25 ans d’existence pour la première pépinière d’entreprises Tarn-et-Garonnaise qui affiche une belle réussite.

La pépinière du Grand Montauban a 25 ans
(Crédit : Didier Descouens / Wikipédia)

La pépinière du Grand Montauban nichée à Albasud et gérée par le Grand Montauban, a soufflé ses 25 bougies le 28 septembre dernier. L’occasion pour la structure, qui favorise l’insertion et le développement des entreprises, de mettre en lumière un bilan positif. Cette pépinière a été la première à voir le jour dans le Tarn-et-Garonne, suivie depuis par la pépinière Novalia. Depuis sa création en 1997, elle a accompagné 92 structures et a permis de générer plus de 250 emplois directs. Elle peut se targuer aujourd’hui d’atteindre un taux de réussite de 74 %, un très bon score sur le territoire.


>LIRE AUSSI : La Région développe la mobilité en Tarn-et-Garonne


« Nous avons mis les moyens. Nous avons notamment installé des incubateurs, nous finançons également la plateforme locale Initiative Montauban Tarn-et-Garonne IMTG, – créée en même temps que la pépinière –, qui aide les porteurs de projet à faire leurs premiers pas et à obtenir des prêts d’honneurs – 56 ont été accordés. La pépinière collabore avec l’association Egee (Entente des générations pour l’emploi et l’entreprise), à savoir des bénévoles seniors qui partagent et transmettent leur vécu professionnel et leurs expériences. Depuis trois ans, nous avons également mis en place le premier Fab Lab du département, qui permet l’émulation d’idées de concepts et éventuellement l’émergence de nouvelles entreprises. Avec la pépinière et tous les projets qu’elle renferme, et l’association Egee, nous avons su créer progressivement un écosystème gagnant », se félicite Thierry Deville, 1er vice-président du Grand Montauban, en parallèle adjoint à l’économie et à l’emploi, conseiller régional, et ancien bâtonnier de l’ordre du Tarn-et-Garonne.

De son côté, Denis Aguero, à la tête de la pépinière depuis 2018 et entrepreneur récidiviste, rappelle que « 86% des entreprises hébergées au sein de la structure sont restées sur le territoire ». De plus, un effort a été engagé auprès des start-up qui depuis 2016 peuvent s’inscrire à un appel à projet, avec une enveloppe annuelle de 100 K€ répartie entre les lauréats. Depuis sa première édition, 355 K€ ont été attribués à 16 lauréats. Une belle réussite donc pour la structure, – à l’initiative de la soirée des Trophées de l’Économie –, qui héberge aujourd’hui neuf porteurs de projets notamment dans l’industrie, les prestations de services ou le négoce. Denis Aguerro précise que « le taux de remplissage est à son maximum depuis 2014. La durée est de quatre ans, à savoir un contrat de deux ans renouvelable. Pour l’heure, nous disposons de huit bureaux de 140m2 et de six ateliers de 129m2. L’idéal serait d’avoir 15 bureaux et le double d’ateliers. Nous sommes contraints de refuser des dossiers », souligne le directeur.

Une des premières densités démographiques de France à l’horizon 2035

De fait, les élus envisagent la création d’une Maison de l’Économie, unique à Montauban, qui s’intégrera dans l’écosystème déjà en place. « L’objectif est de concevoir un guichet unique pour faciliter le parcours du chef d’entreprise. Le projet est dans les cartons, nous espérons le mettre sur pied pendant cette mandature. La localisation est, à ce jour, envisagée sur l’ancienne propriété Olivotto au nord de Montauban », avance Thierry Deville. Ce projet innovant s’inscrit ainsi dans un territoire qui devrait connaître un bel essor.

« Le Grand Montauban a une particularité, à savoir une des premières densités démographiques de France à l’horizon 2035. Il concentre actuellement 80 000 habitants sur un département qui réunit 270 000 personnes. C’est 28% de la population, qui génère plus 70% du PIB. Une grande partie de l’économie se concentre donc sur ce site, phénomène qui tend à s’accélérer avec l’arrivée du nouvel hôpital, situé à proximité de la future gare de la LGV Toulouse-Bordeaux, l’aménagement de l’échangeur de Lacourt-Saint-Pierre, etc. », précise-t-il. L’anniversaire a aussi été l’occasion d’évoquer la création d’une association des anciens, laquelle permettrait de parrainer de nouvelles entreprises, ainsi que la convention de partenariat pour l’emploi entre Pôle emploi et le Grand Montauban, signé en novembre 2019, et qui court pendant trois ans.

Jennifer Legeron