Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Mioum Food, une autre idée du gâteau

Restauration. La gourmandise est le dénominateur commun des trois fondateurs de l’entreprise Mioum Food. Ils se sont lancés sur le marché du gâteau « meilleur pour la santé ». Ils jouent à fond la carte de l’innovation avec un cookie fabriqué à base de haricots blancs.

Mioum Food, une autre idée du gâteau
Guillaume Gache, Cédric Gentils et Robin Castello, cofondateurs de Mioum Food (Crédit : DR)

Robin Castello, Cédric Gentils, Guillaume Gache se sont rencontrés à l’EIP, l’école d’ingénieurs de Purpan. Tous trois dans la même promo, ils ont suivi les cours dédiés à l’entrepreneuriat. « C’est là que l’idée a germé, explique Robin Castello. On voulait utiliser la gourmandise pour améliorer la santé. On a tout de suite pensé aux gâteaux, aux petits en-cas à emporter partout ». Les trois étudiants participent à différents concours : les Entrep, un programme d’accompagnement de cinq mois destiné à tester un concept d’entreprise puis à Ecotrophélia, un concours national récompensant les innovations alimentaires conduites par des étudiants. Ils obtiennent le second prix : « puisque notre idée avait réussi à convaincre les jurys de professionnels de l’agroalimentaire, on devait aller plus loin. » Ils ont créé la société en décembre 2021 et commercialisent leurs cookies depuis juin 2022.

PREMIERS PAS VERS LA RÉALISATION

« On a choisi de fabriquer des snacks sucrés, explique le cofondateur, c’est là où le nutri-score est le plus mauvais. » Les trois entrepreneurs avaient en tête une idée de moelleux. « On avait un problème de conservation, hors de question de mettre des conservateurs. De plus, il nous fallait trouver une technologie d’emballage pas trop onéreuse. » Ce n’était que partie remise, ils ont mis le moelleux de côté et se sont concentrés sur les biscuits secs, les cookies avec trois goûts différents. C’est là que le haricot blanc entre en scène. « On l’a choisi pour ses propriétés nutritives. On voulait apporter des fibres et des protéines dans le gâteau, sans matière grasse. En incorporant de l’air dans les haricots, on reproduit l’aspect du beurre. » Les premiers essais ont lieu dans les laboratoires de l’école. « Vous n’avez pas besoin de grand-chose pour formuler… une cuisine, un fichier Excel, un stylo et un four », s’amuse Robin Castello.

INTÉGRER LE MIN

Pour passer à la vitesse supérieure, les trois entrepreneurs se sont installés à la pépinière du MIN. Ils réalisent leurs cookies dans le laboratoire d’un boulanger-pâtissier, qui met ses locaux à disposition. « On ne brûle pas les étapes, explique Robin Castello. Nous n’avons pas encore les moyens d’acheter des outils de production, on préfère sous-traiter la fabrication. » Les trois associés se complètent parfaitement : Guillaume Gache s’occupe de l’entité R & D, Cédric Gentils de la gestion administrative et Robin Castello de la commercialisation et de la communication. Le crowdfunding au lancement de l’entreprise leur a permis de récolter 15 K€. « On arrive à gérer la croissance en interne, ajoute-t-il. Nous sommes soutenus par différents acteurs en région. Ça devrait bientôt déboucher sur l’octroi de prêts. »


>LIRE AUSSI : Manjar Viu : des légumes mis au goût du jour ?


Mioum Food table sur un chiffre d’affaires de 50 K€, avec une accélération en deuxième année pour répondre à la demande. Les cookies sont commercialisés dans les grandes surfaces, « 80 % des achats alimentaires se font par le biais de ce canal. On ne peut pas passer à côté », justifie Robin Castello. Le produit n’est pas encore référencé par les centrales d’achat, ils passent donc en direct avec les supermarchés locaux mais l’objectif est de pouvoir commercialiser les biscuits dans toute la France. L’entreprise va recruter un alternant en communication et participer aux salons BtoB. La vente en ligne existe mais ce n’est pas la priorité de l’équipe. « On ne pensait pas qu’un petit gâteau allait nous mener aussi loin », se réjouit Robin Castello. On pourrait ajouter : ce n’est que le début de l’aventure.

Dorisse Pradal