Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Plexial Composites, une entreprise solide et brillante

Industrie. L’aluminium composite n’a pas de secret pour Anna Gevaert, la directrice générale de Plexial à Gragnague en Haute-Garonne. Elle a su aborder le pliage d’acier sous un aspect différent et partir à l’assaut de nouveaux marchés. La dirigeante joue la carte de la diversification en ouvrant l’entreprise aux particuliers.

Plexial Composites, une entreprise solide et brillante
Anna Gevaert, DG de Plexial. (Crédit : DR)

Anna Gevaert annonce la couleur dès le début de l’entretien, elle sait tout faire dans l’entreprise. « Je sais usiner, programmer, manipuler les machines… » Il serait donc inutile d’aborder le sujet sous l’angle déjà vu, d’une cheffe d’entreprise dans un univers masculin. Plexial est spécialisée dans la découpe numérique de panneaux composites, il s’agit de deux feuilles d’aluminium enserrant un noyau plastique minéral. « On va rainurer le produit à la machine et le plier. J’ai développé un système de plis périphériques, ils permettent de rigidifier le panneau, ça ressemble à l’origami », explique Anna Gevaert, directrice générale de Plexial.

Anna Gevaert a eu très tôt la fibre entrepreneuriale, petite, elle aimait se perdre dans l’atelier de son père, fondateur de la société Gevaert devenue Techpli en 1992, spécialisée dans la pose de faux plafonds. L’entreprise obtient le marché de la ligne B du métro de Toulouse et l’habillage en inox des stations en 2007. De gros chantiers qui ont donné des ailes et l’envie au fondateur de créer Plexial Composites, entreprise spécialisée dans la découpe de l’aluminium. L’entreprise a d’ailleurs été choisie pour colorer les murs de l’hôtel Radisson à Blagnac près de l’aéroport. Elle peut se vanter d’avoir couvert les façades du théâtre d’Albi en 2013 et de travailler sur l’habillage de l’Isae à Toulouse. Plexial compte de nombreuses banques et des bâtiments publics parmi ses clients, dans toute la France.

« J’AIME LE PRODUIT »

Anna Gevaert a intégré l’entreprise Plexial dès sa création, forte d’une première expérience dans la création d’entreprise. En effet, elle avait fondé le magazine Question Parents. « Une expérience formatrice qui m’a permis d’arriver chez Plexial avec une certaine maturité. » Anna Gevaert s’est aussi appuyée sur ses solides études en gestion pour trouver ses marques. « En 2019, on a fait construire des locaux à Gragnague et embauché un commercial. L’année a été difficile, nous avons eu des impayés sur de gros chantiers. »


>LIRE AUSSI : Log’in, fer de lance de l’innovation logistique


En 2020, Plexial a su anticiper et a demandé le chômage partiel pour les cinq salariés de l’entreprise. « Ça n’a pas duré longtemps, on a eu beaucoup de demandes pour des panneaux de protection. J’ai senti qu’il y avait quelque chose à faire. J’ai vite appelé mes fournisseurs pour commander de la matière première. On a fait une année incroyable », détaille-t-elle. Changement de paradigme, la dirigeante a très vite compris qu’il fallait diversifier son activité, une nécessité en temps de crise.

TOUCHER UN NOUVEAU PUBLIC

L’entreprise, qui emploie cinq salariés et réalise un CA annuel de 800 K€, souhaite rester à taille humaine. Elle a obtenu le prix départemental TPE rebond attribué par la CCI et le prix TPE 2021 Occitanie. Anna Gevaert a déposé un brevet et s’adresse désormais à une autre cible, celle des architectes d’intérieur et des particuliers. L’aluminium composite se prête bien à la décoration d’intérieur et à l’aménagement des jardins. « J’ai fabriqué un claustra doublé d’un système de plis périphériques qui permet d’alléger la structure tout en offrant une bonne tenue, je m’amuse à jouer avec la lumière. »

Plexial n’arrêtera pas pour autant son activité historique, l’habillage de façade et la fabrication d’enseignes mais l’objectif de la directrice générale est de travailler sur des secteurs différents afin d’éviter les impayés ou l’annulation de commande. Elle a vite compris que la force de son entreprise est d’avoir plusieurs cordes à son arc. « Dans ce métier, il y a une saisonnalité et les autres produits permettront de lisser l’activité à l’année. »

Dorisse Pradal