Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Sharvy poursuit son expansion

Digital. La pépite montpelliéraine, qui a inauguré ses nouveaux locaux, poursuit ses efforts de R&D et continue de grignoter des parts de marché en France et à l’étranger.

Sharvy poursuit son expansion
Alexandre Michel et Stéphane Segneurin, cofondateurs de Sharvy (Crédit : DR)

La pépite montpelliéraine Sharvy, spécialisée dans la gestion intelligente des espaces partagés en entreprise – parking, bureaux, cantines, etc. –, prend son envol. Elle investit en effet de nouveaux locaux, à quelques encablures de l’incubateur Cap Omega, situé au coeur du pôle tertiaire de la Métropole de Montpellier, dans le quartier Eurêka, dans laquelle elle est hébergée depuis 2018, en vue d’accompagner sa croissance. L’année 2021 a notamment été marquée par une vague de recrutements soit une dizaine de collaborateurs. De fait, en 2020, l’entrée au capital d’Irdi Soridec Gestion à hauteur de 1,2 M€ a permis à l’entreprise de franchir une nouvelle étape dans son développement et de partir à la conquête de marchés étrangers. Pour ce faire, elle a ainsi renforcé ses rangs et prévoit d’atteindre une équipe d’une vingtaine de personnes d’ici trois ans dans un espace de 200 m2, aménagé et conçu pour limiter l’impact environnemental.


>LIRE AUSSI : Wefight vise le marché américain


Ces nouveaux locaux permettent aussi à Sharvy d’appuyer sa démarche RSE, pour laquelle elle entend décrocher le label Iso 26 000 à l’horizon 2023, ce qui permettra « d’appuyer notre vision vis-à-vis de nos clients », pointe Stéphane Seigneurin, à la tête de Sharvy, qui s’est adjoint des compétences d’Alexandre Michel, cofondateur de Sharvy. L’histoire de Sharvy démarre en 2018 à l’initiative de Stéphane Seigneurin, ancien directeur innovation dans une entreprise qui fournit des solutions de collaboration. Il décide de prendre intégralement le virage de l’entrepreneuriat, après avoir, à ses heures perdues, créé une application qui « permettait de partager des places de parking entre collègues. Personnellement, je bénéficiais d’un emplacement, alors que j’étais très souvent en déplacement et je trouvais dommage que la place reste vacante. L’application a commencé à faire du bruit. »

« D’ici deux ans, nous souhaitons généré 50% du CA à l’export même si nous continuons notre croissance à deux chiffres en France. »

Le projet Mycarspot deviendra Sharvy à l’automne 2022, après une diversification. De fait, au début de l’aventure, l’application collaborative, dédiée aux places de parking pour les collaborateurs d’une entreprise, a reçu une aide régionale à hauteur de 50 000 K€ pour être testée sur le marché – avec en parallèle la création d’un module IoT pour permettre de digitaliser l’accès au site. Elle a depuis évolué pour permettre également la gestion de l’environnement de travail, les restaurants d’entreprise, les espaces collaboratifs, etc. « Cette diversification émane d’une demande de l’un de nos clients qui souhaitait gérer le flux de ses collaborateurs pendant la crise sanitaire et gérer la jauge de remplissage dans ses espaces, etc. Un problème d’attractivité se fait également ressentir au sein des entreprises qui transforment désormais leurs espaces en espaces collaboratifs. Nous les aidons aussi dans ce sens. » Sharvy est devenu une application de conciergerie d’entreprise intelligente et repose ainsi sur un algorithme décisionnel multicritères, auto apprenant.

CAP À L’OUEST

À ce jour, l’application, qui fonctionne en mode SaaS, a séduit des organisations publiques et privées et de grands comptes parmi lesquels figurent Nielsen, Merck, Lavazza, etc. 30% de l’activité sont réalisés à l’export (Belgique, Suisse, Italie, Espagne, Pays-Bas, etc.) et l’entreprise entend asseoir davantage sa notoriété à l’international. « Nous avons obtenu en fin d’année dernière une aide régionale de 100 K€ pour partir à l’assaut de marchés internationaux et notamment pour recruter une commerciale et un business développer, souligne le fondateur. D’ici deux ans, nous souhaitons généré 50% du CA à l’export même si nous continuons notre croissance à deux chiffres en France. »

Laquelle devrait atteindre + 80% cette année. L’entreprise a également été présente au CES 2022 à Las Vegas, en tant que représentante de la french tech montpelliéraine, sous le pavillon français. Une première qui rend confiant Stéphane Seigneurin quant à la conquête internationale. Les États-Unis représentent en effet un axe de développement pour Sharvy qui envisage en 2023 d’ouvrir des bureaux outre-Atlantique, et en parallèle, de partir à la conquête de l’Allemagne. Sharvy table sur 3 M€ de CA d’ici 2025.

Jennifer Legeron