Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Zephalto : toucher (presque) les étoiles

Spatial. Zephalto et le Cnes ont signé un accord exclusif pour accélérer les premiers voyages dans la stratosphère en 2024.

Zephalto : toucher (presque) les étoiles
(Crédit : DR)

Si la course effrénée au tourisme spatial est lancée, la France n’a pas à rougir de ses avancées par rapport aux Américains. En effet, le rêve de voir la courbure de la Terre à l’oeil nu et d’être plongé dans le noir opaque de l’espace devrait être rendu possible sur le territoire national dès 2024. C’est en tout cas l’objectif visé par la start-up Zephalto, qui a vu le jour en 2016 au Pouget (Hérault), et désormais installée à Escalquens, en Haute-Garonne, laquelle développe un ballon stratosphérique nouvelle génération. Un ballon dont la force de portance est générée en utilisant de l’hélium qui permettra des traversées spatiales dans une capsule suspendue à 25km d’altitude. Le tout avec une empreinte carbone extrêmement faible : moins de 27 kg de CO2-e par passager, soit l’équivalent de la production d’un jean. L’entreprise, fondée par Vincent Farret d’Astiès, ingénieur dans l’aéronautique et pilote, vient de passer un nouveau cap.

En effet, elle a récemment signé un accord exclusif avec le Cnes, lequel soutient le projet depuis les prémices de l’aéronef. Une collaboration qui s’est prolongée par un transfert de savoir-faire exclusif dans le domaine des opérations signé durant l’été 2022. Cet accord va ainsi permettre à Zephalto de s’appuyer sur l’expertise de l’agence spatiale française pour accélérer différents axes d’amélioration et des avancées majeures comme l’optimisation de l’enveloppe du ballon avec un accès à des brevets sur les technologies de ballons, l’accès aux différents outils et installations du Cnes pour procéder à des tests, la formation des opérateurs de Zephalto par les équipes de l’agence spatiale française et enfin l’optimisation des systèmes.


>LIRE AUSSI : Le volet spatial de France 2030 désormais clos


« Nous sommes heureux de la confiance que nous accorde le Cnes et de leur volonté de nous accompagner. Leur savoir-faire opérationnel est incomparable et la diversité de leurs expertises a été essentielle dans la conception de notre premier ballon pour le vol commercial, tout comme elle l’est pour la suite de nos développements », explique Vincent Farret d’Astiès. De son côté, l’agence spatiale française entend, grâce à cette collaboration, embarquer des charges utiles et mener de nombreuses expériences avec les laboratoires et industriels partenaires.

RECRUTEMENT DE 30 COLLABORATEURS

Fortement ancrée dans le territoire occitan, la start-up planche depuis six ans sur la mise au point d’un ballon inédit avec le concours de la Région Occitanie et de l’Union européenne et s’est également rapprochée de différents partenaires, outre que le Cnes, à savoir Airbus Développement, Thales Alenia Space, des fabricants d’équipements, et des écoles dans le domaine aéronautique dont l’Enac et Isae-Supaero. La pépite, qui a ainsi validé sa première campagne d’essais en 2018 afin de tester son invention, un régulateur d’altitude breveté, a depuis réalisé trois vols d’essai avec pilotes à bord à différentes altitudes et a acquis une maturité technique ce qui permet de prévoir les premières livraisons à l ’horizon 2024. Zephalto travaille actuellement à la mise en production de la capsule pressurisée, en relation avec des fournisseurs français. La jeune société, forte de 25 salariés, envisage de renforcer ses rangs avec 30 collaborateurs supplémentaires d’ici 2023.

Jennifer Legeron