Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Adrenagliss : des T-shirts made in Toulouse

Textile. Alban et Maxime Gardès, les fondateurs de la marque Adrenagliss, relocalisent la production de leurs T-shirts à Toulouse.

Adrenagliss : des T-shirts made in Toulouse
(Crédit : DR)

Relocaliser dans le quartier Saint-Cyprien, la fabrication de leurs T-shirts, c’est le défi qu’ont relevé Alban et Maxime Gardès, les fondateurs d’Adrenagliss, une marque de sportswear dont le slogan, largement décliné sur les produits, est « un esprit libre dans un corps agité ». L’atelier de confection, installé dans des locaux rénovés par Maxime Gardès, a été inauguré le 14 octobre. En près d’une décennie et demie, la ligne de T-shirts, sweats et accessoires a trouvé son public, notamment parmi les amoureux des sports de glisse à l’image des deux frères. Alban, 43 ans, est graphiste. Maxime, 45 ans, était entrepreneur dans le bâtiment avant de vendre récemment son entreprise. Parmi les supporteurs de la marque, on trouve ainsi des ambassadeurs de renom, tels Célia Martinez, championne de France de ski de vitesse, Éric Deguil, vainqueur à quatre reprises des championnats du monde de kayak extrême ou encore le comédien José Garcia, autre rider invétéré. C’est en 2008, dans la Ville rose, que l’histoire a commencé.

Fabrication à la demande

Après quelques années de séparation – Alban est monté travailler à Paris, les deux frères se retrouvent à Toulouse et décident d’allier leurs compétences autour d’un projet commun, la création d’une marque de vêtements lifestyle pour sportifs passionnés en recherche d’adrénaline. Depuis, la société Teamatex que les deux frères ont créée pour porter la marque, a en parallèle développé d’autres activités : le marquage textile, les objets publicitaires et la création graphique. 2022 marque un tournant dans l’histoire d’Adrenagliss puisqu’Alban et Maxime Gardès ont accompli leur vieux rêve : fabriquer leurs produits ici, à Toulouse. Un sacré risque puisque, ce faisant la petite équipe (aujourd’hui composée de cinq salariés) repart presque de zéro.


>LIRE AUSSI : La marque Stella&Suzie continue de tisser sa toile


Acheter un local, sourcer les matières premières (du coton bio labellisé Gots tricoté dans le nord de la France), recruter une couturière, les frères ont vécu quelques galères mais sont aujourd’hui prêts pour répondre aux commandes grâce à un site internet qui, lui aussi, a fait peau neuve. Une fabrication à la demande, pas de stock et donc pas de surproduction ni de gaspillage, c’est ce qui permet à la pépite toulousaine de maintenir des prix serrés pour ces T-shirts écoresponsables intégralement personnalisables, du tissu au motif en passant par la couleur de la couture. Si la ligne de produits, déclinée pour homme, femme, enfant, est très courte pour l’instant, d’autres items, tels des sweats, devraient la compléter très bientôt.

Agnès Bergon