Informations régionales économiques et juridiques
141e année

RecyclageVR : La VR au service de l’écologie

Recyclage. Kévin Mazars a mis au point un jeu de collecte sélective en réalité virtuelle. Notamment utilisé par les collectivités, RecyclageVR aide à trier les déchets.

RecyclageVR : La VR au service de l'écologie
(Crédit : DR)

Kévin Mazars, ingénieur en informatique, qui a fondé l’entreprise albigeoise Vrai Studio en 2016, a souhaité mettre la gamification au service d’un combat qui est loin d’être terminé. En effet, en France, en 2021, 89 % des citoyens triaient leurs emballages, dont seulement 51 % de manière systématique, selon l’entreprise à mission Citeo. Avec son équipe, il a ainsi conçu un outil de réalité virtuelle qui aide à trier les déchets.

« Le projet est né lors d’une collaboration avec l’agglomération du Grand Albigeois qui souhaitait mettre en place un prototype lors d’un événement à caractère écologique. De mon côté, j’ai toujours été sensibilisé à cette cause. De fait, j’ai décidé de créer une nouvelle application tournée davantage vers les communes pour aider leurs habitants à appréhender le tri des déchets, lequel est encore compliqué. Au moment de la création du projet, un outil comme celui-ci n’existait pas encore sur le marché. Certains, qui ciblaient uniquement le grand public, commençaient à émerger en Australie, en Chine, en Pologne, en Allemagne. Étant donné que les consignes ne sont pas toutes les mêmes sur le territoire national, je me suis focalisé sur les collectivités qui organisent des événements, les écoles et aussi les entreprises pour les aider à enseigner les bons gestes. Chacun peut adapter l’outil à ses contraintes », explique le trentenaire qui s’est d’abord engagé dans le milieu associatif avant de se lancer dans l’entrepreneuriat.

Un outil qui s’exporte

L’outil, qui en est bientôt à sa quatrième version, propose ainsi des options de personnalisation poussées et se veut intuitif. « Entouré d’un tapis roulant sur lequel défilent des déchets et de différentes poubelles, le joueur doit sélectionner chaque objet pour le mettre dans le bon bac, en essayant de faire le meilleur score possible dans le temps imparti. À des fins d’apprentissage, une fois la partie terminée, le jeu revient sur les erreurs commises. Avec plus de 300 déchets disponibles dont des dangereux, coupants ou toxiques, et jusqu’à huit poubelles actives en simultané et toutes personnalisables, l’expérience s’adapte ainsi à tous les besoins et peut fournir à chaque utilisateur un apprentissage ciblé. Bientôt, l’application permettra de jouer à plusieurs », détaille-t-il. Le projet RecyclageVR, qui a connu un fort succès lors de sa première démonstration en 2017, soutenu par des partenaires tels que Véolia, ou Suez, a depuis séduit d’autres collectivités. En effet, l’outil s’exporte au-delà des frontières occitanes, en région lyonnaise ou encore dans le nord de la France.


>LIRE AUSSI : Tri des déchets : les Occitans s’améliorent


Depuis sa création, plus de 2000 personnes ont été sensibilisées au tri grâce au jeu virtuel. Le fondateur envisage d’atteindre 30 0000 utilisateurs d’ici 2024. Forte de quatre collaborateurs, l’entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle développe actuellement une version pour le secteur du BTP et celui de l’industrie, prévue d’ici 2023, et vise également le secteur médical. En parallèle, d’autres pistes de réflexion sont en cours sur les thèmes de la sobriété énergétique, de la biodiversité, du cycle de l’eau et du climat. En attendant, le fondateur, qui table sur un CA de 100 K€ cette année et qui espère le doubler l’an prochain, s’apprête à mettre le cap sur l’Île-de-Ré pour la semaine Européenne de la réduction des déchets, qui aura lieu du 19 au 27 novembre. Une étape supplémentaire avant de partir également à l’assaut du marché international.

Jennifer Legeron