Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Syndics et prestataires à l’unisson

Syndics. Allan Quété a cofondé Hopopla, une plateforme permettant de gérer les appels d’offres entre les copropriétaires et les prestataires de service locaux.

Syndic - Start-up - copropriété - prestataires de services
Allan Quété a eu l’idée de créer une plateforme mettant en relation les copropriétés et les prestataires de service. (Crédit : DR)

On dénombre plus de 500000 copropriétés en France (11000 en Haute-Garonne) dont 80 % comptent moins de 15 lots, qui, selon les chiffres collectés par Allan Quété, représentent chaque année quelque 4 Mds€ de prestations de service générant près de 100000 tonnes de CO2. C’est ce vaste marché pas vraiment vertueux qu’adresse le fondateur de Hopopla, une start-up toulousaine qui développe une plateforme de mise en relation entre syndics de copropriété et prestataires de service.


> A LIRE AUSSI : Informer sur l’exposition aux ondes


Son idée est simple : aider les copropriétaires à trouver des prestataires de service de proximité pour assurer l’entretien des parties communes, des espaces verts, la gestion des containers à déchets et les petits travaux de réparation et d’embellissement, afin de diminuer les coûts d’intervention et leur impact environnemental. « Un prestataire local est plus compétitif et plus qualitatif parce que très impliqué, résume l’entrepreneur. En outre cela favorise l’intégration sociale. » Une idée qui a germé alors que cet ancien responsable de la logistique chez un sous-traitant d’Airbus était membre du conseil syndical d’une petite copropriété. « Lorsque nous avons effectué les premiers démarchages pour trouver des prestataires, nous nous sommes rendu compte que c’était un peu compliqué de trouver un professionnel qui nous con vienne. Les prix demandés étaient assez élevés par rapport aux prestations à réaliser. J’ai donc étudié le marché et ai constaté que nous n’étions pas seuls. Près d’un copropriétaire sur deux se dit en effet insatisfait de ces prestations de service. »

Une plateforme au service de tous

En creusant le sujet, Allan Quété s’aperçoit également qu’une part importante de ce marché échappe aux prestataires de service exerçant en individuel, pour de simples « raisons de gestion ». Mais « ce qui a été l’élément déclencheur, ajoute-il, c’est le constat que 90% du temps d’intervention correspond au déplacement du prestataire. » Un non-sens pour le néoentrepreneur qui pointe la hausse du prix des carburants, la mise en place progressive de la ZFE à Toulouse, les problèmes récurrents de parking et la congestion du trafic dans la métropole. « C’est ce qui m’a décidé à challenger le marché avec une offre qui répond à ces points. » La plateforme développée par Allan Quété est gratuite d’accès. « Les syndics y publient leurs besoins sous forme d’annonce à laquelle les prestataires vont pouvoir répondre avec une offre financière. Notre algorithme analyse ensuite les dizaines d’offres et sélectionne la meilleure. »

Outre le prix, la proximité et la qualité des prestations entrent également en ligne de compte. La plateforme pilote ensuite l’intervention. « Une fois l’offre validée, le syndic n’a rien à faire : la plateforme génère un cahier des charges que valide le prestataire au fil de son intervention, au besoin avec des photos. Il peut également grâce à cet outil remonter des informations, telle une fuite ». Fondée en août 2021, la start-up qui emploie trois personnes, se rémunère « au succès ». « Nous percevons une commission une fois seulement que le syndic valide l’offre qu’on lui soumet. » Un système qui rassure les prestataires. Le néoentrepreneur cherche des partenaires financiers pour accélérer son développement à l’échelle nationale.

Agnès Bergon