Informations régionales économiques et juridiques
141e année

LGV Bordeaux Toulouse : de nouveaux financements et une société de projet

Transports. La présidente de Région Occitanie Carole Delga a annoncé le 23 novembre 2021 « deux avancées importantes » pour la LGV Bordeaux-Toulouse et le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest.

En premier lieu, la modification du protocole de financement, avec la confirmation d’une participation financière de SNCF Réseau. Et en second lieu la constitution d’une société de projet pour construire l’ouvrage et pas seulement d’une société de financement tel qu’on le laissait présager jusque-là. La société de financement n’aurait pas eu d’autres prérogatives que de réunir les financements des collectivités, de l’Etat et de l’Europe, à l’inverse d’une société de projet qui peut mener des missions d’ingénierie et de conduite de travaux.

Eurosud Team salue la décision de faire entrer SNCF Réseau dans le montage financier. Il était en effet impensable que le gestionnaire du réseau ferroviaire puisse encaisser les péages à venir d’un ouvrage payé par les collectivités, l’État et l’Europe, sans y investir un euro. C’est une décision de bon sens. Nous nous félicitons également de la création de la société de projet, telle que nous l’avions imaginée dès 2016, à l’image de la Société du Grand Paris (SGP). Véritable bras armé opérationnel, futur acteur majeur pour les mobilités du Sud-Ouest dans une gouvernance partagée par les collectivités, l’État, l’Europe, SNCF Réseau mais aussi pourquoi pas d’autres investisseurs.

Ces deux décisions viennent confirmer la volonté de l’État d’aboutir. C’est une évolution dans le projet qui était attendue par notre association et ses partenaires. On doit citer également dans ce dossier, le rôle déterminant du préfet Coordonnateur Etienne Guyot et son expérience, puisqu’il fut le second président de la SGP, sur le modèle de laquelle se basera la future société de projet. Ces deux décisions sont des gestes forts, des innovations dont nos territoires doivent se saisir pour bâtir leurs mobilités futures.

Les collectivités sortent de leur simple rôle de financeur pour contribuer activement au projet. Certaines d’entre elles ont récemment refusé de participer au tour de table financier du GPSO, il faut les appeler à la raison pour qu’elles puissent participer à cette gouvernance. Cette nouvelle infrastructure ferroviaire a vocation, pour le siècle à venir, d’irriguer le grand Sud- Ouest européen pour faciliter la mobilité durable des personnes et développer l’indispensable fret ferroviaire. C’est aujourd’hui le plus grand projet mature en faveur de la transition écologique et énergétique. Continuons d’avancer !

Par Jean-Louis Chauzy, président d’Eurosud Team, président du Ceser Occitanie